Nature des produits chimiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nature des produits chimiques

Message  CB le Jeu 3 Mar 2011 - 11:14

Quelques infos plus précises sur les produits chimiques injecté et le secret qui les couvrent.


Le tableau de la thèse :
http://ethesis.inp-toulouse.fr/archive/00000673/01/khodja.pdf

Tableau I.1:
Principaux additifs utilisés dans les fluides de forage

1 Contrôleurs d’alcalinité
2 Bactéricides
3 Anti-calcium
4 Inhibiteurs de corrosion
5 Anti-mousses
6 Agents moussants
7 Emulsifiants
8 Réducteurs de filtrat
9 Floculants
10 Colmatants
11 Lubrifiants
12 Décoinçants (ou dégrippants)
13 Inhibiteurs de gonflement des argiles
14 Produits facilitant la séparation
15 Stabilisants haute température
16 Défloculants
17 Viscosifiants
18 Alourdissants
19 Saumure
20 Huile minérale ou organique




Mike John, Chesapeak Energy


  • acide chlorhydrique > dissoudre certaine boues


  • aldéhyde glutarique> agent anti bactérien


  • persulfate d'ammonium > diminuer la viscosité des liquides


  • formaldéhyde dimethyl > inhibiteur de corrosion protéger les tubages et les gazoduc


  • sel de bore > agent de réticulation


  • distilla de pétrole > réducteur de friction


  • acide citrique > agent de neutralisation


  • chlorure de potassium > absorbeur d'oxygène


8 sur la plusieurs centaines qui sont utilisés...

Source : "la bas si j'y suis" Daniel Mermet




Et pour finir les points de vue d'un scientifique et qui sont strictement théoriques et préliminaires de la sociéte "teriva environement"

1) La liste(ndlr:du tableaux de la thèse) que vous avez correspond aux additifs chimiques génériques des fluides de forage, c'est-à-dire les grandes familles chimiques. Il faut savoir que la composition chimique exacte de la plupart de ces additifs est strictement confidentielle car appartenant à la propriété industrielle. Souvent, même les opérationnels sur le terrain ne la connaissent pas.
Ce qui est connu dans le milieu scientifique, est le fait que ces additifs
chimiques contiennent des concentrations élevés en métaux lourd
s. Comme je vous avais dit, seules des analyses sur vos sols peuvent être concluentes et permettent d'avoir l'appui scientifique à vos démarches de citoyens.

2) Outre la grande consommation en énergie et en eau, ce type de forage peut présenter plusieurs catégories d'impact telles que des émissions de gaz à l'air et des émissions de polluants métalliques et organiques vers les sols ainsi que les eaux superficielles et souterraines.


CB

Messages : 22
Date d'inscription : 01/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Produits chimiques

Message  Harpoceras le Jeu 3 Mar 2011 - 16:54

Arrêtez de lister et de véhiculer une liste sans fin de produits que vous ne connaissez pas.
Entre autre exemple, vous consommez du E330 tous les jours (nomenclature européenne de l'acide citrique).
La plupart des autres produits se retrouvent dans votre vie courante (lessive, produits ménagers et produits hygiéniques)
Mais peut-être que vous vous lavez à l'eau du torrent et faites votre lessive au torrent!!
Je ne suis pas sur que l'eau qui descend de la Montagne Noire et des Cévennes soit miraculeusement vierge de tout additif. Elle a traversé des couches géologiques variées et s'est chargée en minéraux (plomb, argent, arsenic).
L'eau est l'élément le plus vérifié en France.

Harpoceras

Messages : 10
Date d'inscription : 21/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  CB le Jeu 3 Mar 2011 - 17:19

Bonjour Harpoceras notre spécialiste!!

Alors déjà pour un peu de crédibilité : allez donc répondre à ma réponse sur votre commentaire d'hier.

Ensuite votre niveau supérieur, ne devrait-il pas argumenter et vulgariser un peu plus?
vous maîtrisez si bien , les fluides de forages, les additifs alimentaires, le contrôle de l'eau !!


Allez donc discuter avec les docteurs en science des forages sur cette réponse de scientifique :

1)
Ce qui est connu dans le milieu scientifique, est le fait que ces additifs
chimiques contiennent des concentrations élevés en métaux lourds.


2) Outre la grande consommation en énergie et en eau, ce type de forage peut présenter plusieurs catégories d'impact telles que des émissions de gaz à l'air et des émissions de polluants métalliques et organiques vers les sols ainsi que les eaux superficielles et souterraines.

A bientôt pour d'autres négations de votre part.




CB

Messages : 22
Date d'inscription : 01/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  YannB le Jeu 3 Mar 2011 - 18:39

Dans l'article suivant, on voit la mixture employée pour la fracturation hydraulique :
Le forage horizontal avec multi fracturation hydraulique transforme totalement les données énergétiques mondiales

http://www.leblogenergie.com/2011/02/le-forage-horizontal-avec-fracturation…
avatar
YannB

Messages : 54
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : Seine et Marne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  YannB le Jeu 3 Mar 2011 - 18:53

J'ai eu la description des produits par un géologue travaillant dans le pétrole (excusez son ton concilient, mais il travaille avec les mêmes produits tous les jours) :


- Le « proppant », ou agent de soutènement, est constitué de billes calibrées de matériaux tel le sable; il sert à empêcher la fracture de se refermer, et il a donc vocation à rester en place.

- L’acide chlorhydrique semble incompatible avec l’hydroxyde de sodium (et non le carbonate de sodium ou de potassium) cité plus loin. En général, on pompe des fluides alcalins (pH de 9 à 10) et donc enrichis en hydroxyde de sodium. L’utilisation de l’acide chlorhydrique est réservée à des opérations spéciales, pour des opérations sporadiques lorsque la zone à traiter contient des carbonates. Dans ce cas, il est injecté pur (généralement en concentration dite 15X). Il sert aussi à réguler finement le pH du gel utilisé en fracturation hydraulique (qui est différent de la boue forage, alcaline, elle). Les ions sodium et chlorure sont parfaitement anodins. Les hydroxydes ou les ions H+ résistent mal à la dilution, par définition même du pH.

- Le réducteur de friction est fondamentalement un lubrifiant, destiné à réduire les pertes par frottement entre le train de tiges, qui tourne, et les cuvelages, fixes. Ce sont des huiles minérales, moins denses que l’eau, dont elles sont séparées par simple décantation. Je ne vois pas ce que le polyacrylamide vient faire là.

- Le « surfactant », en français tensioactif, permet l’émulsion de phases non miscibles. Je ne vois pas comment l’isopropanol, le grand frère de l’alcool éthylique de nos boissons fermentées, pourrait augmenter la viscosité d’un mélange (sinon par la réalisation d’une émulsion, mais on parle d’une légère augmentation de viscosité, rien à voir avec ce que l’on veut obtenir), mais je crois plutôt qu’il est utilisé comme tensioactif.

- L’augmentation de la viscosité de la boue de forage est obtenue par des polymères, comme, justement le polyacrylamide, placé par erreur dans la mauvaise case. On en utilise aussi dans les boues de forage de puits verticaux. Dans les temps anciens, on obtenait le même effet avec de l’amidon. L’objectif est de permettre la remontée des copeaux de roche broyée, qui ne remonteraient pas en utilisant simplement de l’eau, pas assez visqueuse (vitesse de chute des copeaux supérieure à la vitesse ascensionnelle de la boue en cas de forage à l’eau claire).

- Le chlorure de potassium est un produit pas sympa, qui achève les condamnés à mort aux USA lorsqu’il est injecté en intraveineuse. On en utilise, parce que l’ion potassium a la particularité d’empêcher les argiles, traversées en forage, de gonfler. On stabilise ces argiles avec ces ions potassium. Une fois dilués, les ions chlorure et potassium redeviennent parfaitement anodins.

- Le « gelling agent » est vraiment spécifique à la fracturation hydraulique. Il faut que le fluide pompé soit très visqueux, beaucoup plus que la boue de forage, pour « porter » les grains de sable jusqu’à leur destination ultime, au cœur de la fracture. Il faut ensuite « casser » le gel, comme une mayonnaise qui tombe, pour pouvoir expulser les liquides du puits en laissant le sable au fond. Pour casser le gel avec retard, on utilise le « persulfate d'ammonium » (http://www.cdc.gov/niosh/ipcsnfrn/nfrn0632.html). Je ne connais pas ces produits, et ne me prononcerai pas. Wikipedia signale juste que l’hydroxyethyl cellulose est utilisé dans des médicaments. On peut donc créditer ce produit d’une toxicité modérée. De mémoire, mais sans garantie, je crois qu’on ajuste le timing de destruction retardée du gel en agissant, finement, sur le pH. C’est sans doute là que l’acide chlorhydrique trouve sa place.

- Le « scale inhibitor » est destiné à prévenir le dépôt de précipités (tartre, sulfate de baryum, etc.) sur les tuyaux. L’éthylène glycol est utilisé comme antigel. Il est dangereux par ingestion.

- Le « pH adjusting agent », déjà rencontré, sert à monter le pH. Je vois mal un carbonate remplir ce rôle, ordinairement dévolu aux hydroxydes. Les foreurs utilisent de la soude (soude caustique, comme on disait puis). Ce produit redevient parfaitement anodin par dilution.

- On a vu le persulfate d’ammonium, qui permet de choisir le moment où on casse le gel.

- Le « crosslinker » m’est mal connu. Je le comprends comme étant un produit qui permet de maintenir la viscosité d’un gel, alors que les températures croissantes dans un puits tendraient à la faire chuter. Je ne connais pas les borates (de sodium - http://www.cdc.gov/niosh/ipcsnfrn/nfrn0567.html - ou de calcium), mais leurs toxicités apparaissent faibles.

- L’iron control évite le dépôt de rouille sur les tuyaux, par réduction chimique de la rouille. L’acide citrique est parfaitement anodin. Sauf pour les personnes souffrant d’aigreurs d’estomac.

- Les deux derniers sont moins anodins, mais on les utilise pendant toute la durée d’un forage, sauf pour la traversée des aquifères de surface. L’inhibiteur de corrosion est un produit pas sympa. Il permet d’éviter la corrosion du matériel tubulaire dans le puits, et surtout celle des cuvelages, qui ont vocation à rester à perpétuité. On ne peut pas faire l’économie de ce produit. Malheureusement, il n’en a pas été trouvé d’anodins. L’arsenic a vite été prohibé, pour le remplacer par des inhibiteurs organiques. Le N,N-dymethylformamide a la fiche de sécurité suivante : http://www.cdc.gov/niosh/ipcsnfrn/nfrn0457.html.

- Le bactéricide est également indispensable, pour interdire toute contamination bactérienne des niveaux géologiques traversés. On connaît des peuplements bactériens anaérobies involontaires dans le Dogger du Bassin de Paris, parce que la boue de forage était préparée, sans traitement, à partir de l’eau de l’étang d’à côté. Du coup, quand ces bactéries trouvent des ions sulfate, elles se régalent et les réduisent en sulfure d’hydrogène, meurtrier. Ca peut durer indéfiniment. Heureusement, les bactéries voyagent peu (sauf dans les puits d’injection d’eau), et elles restent aux endroits où on les a mises, aux abords de puits. Les propriétés du glutaraldéhyde sont décrites au lien : http://www.cdc.gov/niosh/ipcsnfrn/nfrn0158.html : c’est le moins sympa de la bande.

Il faut bien comprendre que tous ces produits, sauf le sable, l’agent gélifiant, le briseur de gel et sans doute le crosslinker, sont utilisés dans les forages ordinaires, même verticaux.
-----------------------------

Voici son avis sur la règlementation minimale à mettre en place sur cette activité :

(1) Les précieux aquifères de surface sont bien protégés de toute contamination, tant lors des opérations de forage à leur traversée que lors des fracturations hydrauliques précédant la mise en exploitation.
(2) La distance verticale entre le drain horizontal destiné à produire le shale gas et les aquifères d’eau potable est suffisante pour assurer une absence totale de migration verticale du gaz vers ces aquifères d’eau potable.
(3) La cimentation du dernier tubage avant le drain horizontal est parfaitement contrôlée, restaurée si elle n’est pas satisfaisante, ou que le forage est abandonné si la cimentation n’est pas réparable.
(4) Les produits chimiques utilisés sont parfaitement contrôlés, tant à l’entrée qu’en sortie. A noter que cela est valable pour tous les forages, de shale gas ou pas.
(5) L’élimination de ces produits chimiques nocifs ou toxiques est faite dans les règles, et contrôlée par un organisme indépendant. Même remarque qu’au 4 ci-dessus.
avatar
YannB

Messages : 54
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : Seine et Marne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Avis d'un ingénieur en boue de forage

Message  Harpoceras le Jeu 3 Mar 2011 - 19:31

Merci pour la transmission de cet avis.
Je rajouterai que ces produits sont employés aussi lors des forages de recherche d'eau potable. J'ai expliqué aussi sur un autre forum que les tubages cimentés sont testés et contrôlés règlementairement en pression.
Il y a obligatoirement un tubage au pied de la section coudée (avant le drain horizontal). Ce dernier tubage doit montrer une intégrité (étanchéité) parfaite, sinon l'ouvrage est perdu. Ce qui n'a pas du être le cas dans les premiers forages aux USA (législation plus laxiste).

Harpoceras

Messages : 10
Date d'inscription : 21/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  Bug-in le Jeu 3 Mar 2011 - 20:48

Mais enfin ! C'est pas qu'une question de législation. Au Canada aussi y'a eu des problèmes après que des vérifications est était faite sur 30 puis on découvre qu'il y en a la moitié qui fuie !

Faut arrêter les conneries. Le contenu chimique p.ê intéressant, mais pour moi c'est un débat minoritaire qui ne concerne que les experts, il y a des arguments politiques que tout le monde peu reprendre.
avatar
Bug-in

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2011
Age : 35
Localisation : prox. Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur http://pecnoscience.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  anaïs le Jeu 3 Mar 2011 - 21:01

Oui quoique vous disiez sur ces produits chimiques... qui sont déjà utilisé dans l'alimentation (merci pour l'empoisonnement d'ailleurs parce que à grosse échelle je pense pas que ce soit si anodin!)
dans les autres types de forages... qui polluent aussi sois dit en passant.
On ne me feras pas accepter l'idée que ça pourrait être une exploitation propre. Avec tout les risques existants et les expériences des autres pays on voit bien que ce n'est pas propres
De toute façon ça n'est pas rentable. Ca apparait juste comme une bonne alternative aux petrole qui coute trop cher maintenant..et surtout une juteuse opportunité pour les firmes .

anaïs

Messages : 50
Date d'inscription : 22/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://avogai@hotmail.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  YannB le Jeu 3 Mar 2011 - 21:01

Bug-in a écrit:Mais enfin ! C'est pas qu'une question de législation. Au Canada aussi y'a eu des problèmes après que des vérifications est était faite sur 30 puis on découvre qu'il y en a la moitié qui fuie !
Jové Bové sur France2 (complément d'enquête) a dit les 2/3 qui fuyaient, il me semble.
Bug-in a écrit:
Faut arrêter les conneries. Le contenu chimique p.ê intéressant, mais pour moi c'est un débat minoritaire qui ne concerne que les experts, il y a des arguments politiques que tout le monde peu reprendre.
Je n'ai pas dit le contraire. Cela donne juste quelques arguments de plus (et une bonne connaissance du sujet). En effet, on va nous dire que c'est des produits utilisés couramment. Ok. Sauf que personne ne construit une maison sur une plate forme pétrolière... Cool
avatar
YannB

Messages : 54
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : Seine et Marne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  Pierrot le Sam 5 Mar 2011 - 0:19

L'exploitation du gaz de schiste présente des risques environnementaux certains, de sorte qu'il convient de développer prudemment cette filière, a prévenu vendredi Chris Twigge-Molecey, président de l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, qui représente les professionnels de l'industrie.

«Ce qui est certain, c'est que (l'extraction du) gaz de schiste nécessite beaucoup d'eau, alors (les entreprises) doivent mettre en place des technologies de recyclage de l'eau.
Le problème est particulièrement délicat dans les régions rurales, où se concentre l'exploration du gaz de schiste au Québec, puisque l'industrie agricole consomme elle aussi de grandes quantités d'eau, a relevé l'expert, qui est également cadre chez Hatch, une firme ontarienne d'ingénierie active à travers le monde.
«L'eau n'est pas une ressource illimitée», a-t-il rappelé.
<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
L'Institut C.D. Howe ajoute sa voix à celle des experts qui estiment que l'exploitation du gaz de schiste pose un risque potentiel pour l'eau souterraine. «On ne devrait pas fracturer le schiste en profondeur avant d'avoir acquis une connaissance complète de l'eau souterraine et des formations rocheuses qui contiennent l'eau douce», a affirmé à La Presse l'auteur du mémoire, James Bruce.
<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>><
«Avec un forage à tous les kilomètres carrés, on va couvrir 10 000 km2, dit-il. La quasitotalité de la formation de shale d'Utica sera fracturée. Le shale deviendra beaucoup plus perméable. Au moins 1000 fois, peut-être 1 million de fois. Et en dessous de l'Utica, il y a de l'eau très fortement saline et minéralisée, de 10 à 12 fois plus salée que l'eau de mer. Au-dessus de l'Utica, il y a le shale de Lorraine, qui n'est pas une formation uniforme. On ne connaît pas beaucoup les fractures et les zones perméables dans le Lorraine.»

«Les pires dommages s'établissent dans le long terme : l'industrie aura depuis longtemps plié bagage avant que ça commence à paraître et l'on ne pourra donc pas légalement faire un lien direct entre les deux
M. Durand se défend aussi d'être «anti-développement». «Je me suis toujours trouvé du côté de ceux qui trouvent que les écologistes exagèrent, mais je sentais que j'avais des connaissances à partager au sujet des gaz de schiste», dit-il. Il préfère voir cette ressource laissée sur place, le temps d'une ou deux générations, quand on saura l'exploiter mieux et de façon moins risquée.
Source: « Un éminent géologue sonne l'alarme » http://www.cyberpresse.ca/environnement

La divulgation des produits chimiques encore bloquée:De son côté, le gouvernement du Québec maintient qu'il ne peut dévoiler quels produits chimiques l'industrie gazière a employés, en dépit d'un article de la Loi sur la qualité de l'environnement qui donne le droit à quiconque d'être informé de «tout rejet» dans l'environnement... Shocked <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>
Attendre la catastrophe médicale
Autre invocation de la science à ce procès, les avocats ont fait appel à l'épidémiologie. Cette science des maladies dans les populations permet de comparer, par exemple, les taux de maladies entre les populations A et B, afin de savoir si l'une est plus malade que l'autre et si oui, pourquoi. Ce sont les épidémiologistes qui ont démontré le lien entre tabac et cancer. Mais voilà le hic. Il a fallu une épidémie de cancers du poumon et des dizaines de milliers de morts avant que «l'association» épidémiologique soit assez forte pour prouver le
lien de cause (le tabac) à l'effet (le cancer).
Le Dr David Ozonoff de l'Université de Boston, un des témoins entendus au procès, a affirmé que l'épidémiologie est un bon outil pour documenter une «catastrophe médicale», mais ne peut pas servir comme alarme de prévention. En d'autres mots, quand le compte épidémiologique des malades est suffisant, c'est qu'il est trop tard.
Faudra-t-il une catastrophe médicale à Shannon pour que l'épidémiologie confirme qu'en effet, il y a bien un problème?
D'où le dilemme que risque d'avoir le tribunal dans cette cause. Car à Shannon, je crois que l'épidémie de cancers ne fait que commencer.
---------
Source: "Débat juridique sur la science d'un empoisonnement collectif"
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil
-----------------------------------------
Au Québec l'eau est une ressource importante.
L'agriculture, les zones habitées, la forêt, les lacs...
On ne peut pas prendre une source de vie et en faire un poison simplement pour ne pas nuire à l'industrie... Shocked Shocked
avatar
Pierrot

Messages : 169
Date d'inscription : 13/02/2011
Localisation : Québec, Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  Sophie le Dim 6 Mar 2011 - 12:32

L'invasion des substances chimiques dans notre quotidien et l'empoisonnement à petit feu de la terre et de tout ce qui y vit est bien, à mon avis, une des questions de fond de cette bataille contre les gaz/pétroles de schiste. D'autant plus que, la plupart du temps, on ne sait pas grand chose des conséquences (ou on ne veut pas qu'on sache). Et quand enfin on arrive à savoir, on ne peut que constater les dégâts sur la santé et l'environnement. Adieu principe de précaution !
Ressources fossiles, industrie chimique, même combat !
avatar
Sophie

Messages : 51
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  fly le Dim 6 Mar 2011 - 20:22

YannB a écrit:J'ai eu la description des produits par un géologue travaillant dans le pétrole (excusez son ton concilient, mais il travaille avec les mêmes produits tous les jours) :


- Le chlorure de potassium est un produit pas sympa, qui achève les condamnés à mort aux USA lorsqu’il est injecté en intraveineuse. On en utilise, parce que l’ion potassium a la particularité d’empêcher les argiles, traversées en forage, de gonfler. On stabilise ces argiles avec ces ions potassium. Une fois dilués, les ions chlorure et potassium redeviennent parfaitement anodins.


Les mineurs des Potasse d'Alsace te remercient de l'excellente publicité que tu fais à leur gagne pain !!! Very Happy

Le KCl c'est la potasse, ceci dit je ne sais pas si administrer du lait de béligues en intra-veineuse ne ferait pas la même chose


Dernière édition par fly le Dim 6 Mar 2011 - 21:04, édité 1 fois
avatar
fly

Messages : 10
Date d'inscription : 06/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  fly le Dim 6 Mar 2011 - 21:03

Je suis d'accord avec Bug-in, il faut arrêter de parler des produits chimiques cela ne sert strictement à rien.
En principe aucun de ces composés ajoutés ou naturels ne doit se retrouver dans le milieu ambiant. Je pense que les compagnies petrolières vont s'engager à ne faire aucun rejet, que cela soit pendant les phases de forage d'exploration, de forage de développement, de fracturation et de production. Si vous axez votre combat là dessus vous serez immédiatement envoyés dans les cordes.
Pour moi, et sous réserve comme le dit Hapoceras que la cimentation et donc l'étancheité du puits soit contrôlée correctement, il ne devrait pas y avoir de problême. Sauf que ...
Le rapport de Louis Meeks (le moustachu au chapeau de cow boy de Gazland) semble montrer clairement que la fracturation à créé une communication entre le réservoir et la nappe. Et ça c'est inadmissible !. Dans ce cas peu importe que les polluants soient du Benzène, de la potasse, du plutonium ou du Pastis, la nappe est foutue et ne pourra plus servir de réserve d'eau à l'avenir. C'est le SEUL point de blocage pour moi. Le reste c'est roupie de sansonnet.

Juste un mot pour répondre à Pierrot, Les Canadiens ont vraiment travaillé comme des cochons. Même si le chiffre donné par JB est certainement exagéré, c'est incroyable et surtout inadmissible de laisser cette situation perdurer.
Mais il faut dire que les compagnies Canadiennes ont fait pire avec l'exploitation des sables bitumineux de l'Athabaska. J'ai eu l'occasion de "visiter" ce paradis, c'est pire que tout ce que l'on peut imaginer.
avatar
fly

Messages : 10
Date d'inscription : 06/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  Tof10 le Lun 7 Mar 2011 - 23:16

Les mineurs des Potasse d'Alsace te remercient de l'excellente publicité que tu fais à leur gagne pain !!! Very Happy

Le KCl c'est la potasse, ceci dit je ne sais pas si administrer du lait de béligues en intra-veineuse ne ferait pas la même chose

Et bien tu n'as plus qu'à proposer ton CV chez les Mineurs de Potasse d'Alsace pour gagner tes 2000Euros, et on te souhaite bon vent
avatar
Tof10

Messages : 8
Date d'inscription : 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ce que j'en pense soyez indulgente (nouvelle)

Message  fefee le Lun 4 Avr 2011 - 0:21

On dirait que Harpoceras ne comprends pas que dans la terre ou eau (etc)même s'il y a des produits naturellement soi disant identiques dans l'environnement que ceux avec lesquels les forages sont faits (ce qui m'étonne), ce que je trouve faux c'est je pense que certains sont dans l'environnement, mais ce n'est que dans une quantité faible ou relativement gérable pour notre environnement et dont il peut traiter. Cependant je pense que si on met des produits chimiques et en grande quantité, là je pense que l'environnement ne pourra pas le gérer car il aura pas la possibilité de le faire. Je vais vous faire un exemple avec l'homme, désolé. si par exemple un buveur d'alcool boit une quantité assez conséquent pendant un certain temps, son foie qui était sein avant deviendra automatiquement malade. Car au bout d'un moment le foie ne pourra plus gérer cette quantité et qu'il n'est pas naturellement fait pour ce rôle extrême, c'est donc ce qui se passe avec la Terre. Comme quand il pleut fort et que la terre n'arrive plus à absorber cette eau car en trop grande quantité. Ou aussi par exemple, si vous absorber du poison ou en piqure dans les veines, ce poison se diffusera dans tout le corps, et après vous connaissez la fin. Je suis désolé mais j'aime bien imager les explications. J'espère ne pas avoir bizarrement expliqué les choses.

fefee

Messages : 13
Date d'inscription : 03/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chimie, chimie...

Message  chondrina le Lun 4 Avr 2011 - 10:14

Bonjour à tous

Je pense qu'il est toujours intéressante de savoir à quel sauce on est mangé !

Les doux rêveurs qui affirment que l'eau est ce qui le plus surveillé en France ont peut être raison, mais ils ignorent que ce ne sont que les paramètres bactériologiques qui le sont.
Cette chère (honéreuse...) société industrielle relâche des quantité de métaux lourds, de molécules de synthèse, et surtout d'arsenic, d'hormones et autres saloperies qui ne sont jamais pris en compte par la DDASS (organisme d'état chargé des analyses).


De savoir que le cocktail chimique des forages habituels est la base des forages schisteux ne me rassure absolument pas.
Savoir que des techniciens, des ingénieurs, s'amusent avec des saloperie hautement concentrées ne me rassure absolument pas au vue des résultats des mêmes dans n'importe quel domaine pour peut que l'on ait 30 ans de recul.

Ce ne sont que des bons soldats endoctrinés au service des actionnaires, dont l'avis n'est que le témoignage de la qualité de la propagande (culture d'entreprise comme on dit) qu'ils ont reçu. (parlez donc 5mn du nucléaire avec un salarié d'EDF)

Question subsidiaire : au-delà de l'injection massive de produits hautement dangereux, pourquoi oublie-t-on toujours les interactions avec la chimie des schistes, interaction qui libère d'autre substances ?
Parce que nul n'en sait rien chez les techniciens, chez les ingénieurs...
Alors on en parle pas, ça n'existe pas !
Les schistes sont des marnes, des argiles passées sous le rouleau compresseur ("et chauffeur") du métamorphisme. Il n'est pas 2 couches chimiquement identiques !

D'où, par exemple, des remontées de particules radioactives... CQFD !

A moins qu'ils ne s'amusent à vider discrètement les piscines où sont stockées les eaux usées du nucléaire... dont on ne sait que faire...

Confiancccceeeee...............

Gazdarem lou moral

chondrina

Messages : 6
Date d'inscription : 24/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nature des produits chimiques

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum